A propos

Ce petit projet de blog c’est en quelque sorte notre jardin secret pas si secret que ça. La moto nous tient à coeur et au corps depuis plusieurs années déjà, par intermittence dans les jeunes années de nos enfants, et chaque jour ou presque depuis l’arrivée d’un side-car dans nos vies.

On rêvait de cette bête depuis plus de 10 ans et nous sommes parvenus à concrétiser ce rêve en 2014 pour le plus grand bonheur de tout le monde. The « mothership » is here!

Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité.
– St Exupéry

La famille des zavalbitumesMême si la grande fait et aime la moto, la petite s’endormait un peu trop rapidement pour envisager de longues balades. Du coup, avec le Zeus, non seulement elles peuvent nous accompagner partout et toutes circonstances, mais en plus cela se fait en toute sécurité.

Nombreux sont ceux qui mettent la moto entre parenthèses à l’arrivée des enfants, mettant parfois aussi une partie d’eux en veille. Pour nous, cette parenthèse ne nous a jamais semblé être une option. La passion fait partie de nous et se partage, au rythme et aux envies de chacun de nous 4.

Et chaque fois que l’on part rouler, un grand sourire se dessine sur nos lèvres. Je trouve que c’est le plus bel anti-dépresseur qui puisse exister.

Si le virus vous tente, vous trouverez peut-être de bons arguments pour vous y remettre ou envisager la mobilité et l’aventure sous un autre jour.

…qui sait!

Le side

Nous roulons avec un side un peu original que vous aurez peu l’occasion de voir en Suisse (seuls 17 ont été importés).

Le concept

Le Zeus est une invention Française (et oui M’sieur) d’un groupe de francs rêveurs (et un peu fous) qui se sont pris à imaginer une machine qui comblerait les désavantages du side sans les priver pour autant du bonheur du 3 roues. Leur idée, construire un véhicule mono-chassis (ce n’est pas une moto attelée) dotée d’un moteur central arrière emprunté à l’automobile (c’est le moteur de la 206 S16) et de deux roues motrices (celle à l’arrière de la moto et celle du panier) et deux roues directrices (celle de l’avant et de l’arrière de la partie moto).

Le concept, quoiqu’étrange, a en réalité tout pour séduire. Il ne lève pas dans les virages, il vire presque à plat, freine bien et grimpe pour ainsi dire aux arbres (très efficace sur la neige).

Déroutant

Il a aussi tout pour dérouter avec un guidon hybride digne d’un scooter (des boutons pour monter les vitesses à droite et les descendre à gauche) et un pédalier (et oui, on a tout d’une moiture) pour passer les vitesses, accélérer et freiner. Lorsque tu fais ton premier freinage et que tu réalises qu’il n’y a pas de levier sur le guidon, un goutte de sueur froide perle dans ton dos avant que tu réalises que c’est ton pied droit que tu dois écraser.

Futuriste

Le look un peu futuriste aura d’ailleurs son lot de détracteurs. Il est…disons spécial. Il est clivant: il y a ceux qui aiment et ceux qui détestent.

Des avantages appréciables

Mais gros avantage pour les passagers, ceux-ci sont dispensés de casque (c’est le seul qui a été l’objet de crash test et dont l’arceau te protège efficacement, ce qui lui vaut une homologation européenne), ce qui fait que pour des enfants, c’est l’idéal. Un casque c’est 1,2kg sur le crâne et avec les G pour un petit crâne c’est un peu rude. Et comble de bonheur, il y a le chauffage (indispensable pour l’hiver) et la radio!

Voici quelques indications technique empruntée sur le site Trike-europe qui a eu la mauvaise idée de fermer (donc je leur pique avant qu’elles disparaissent.

Un vrai 4 places

Le Zeus est un vrai 4 places (adultes). Deux passagers dans le panier et 2 sur la selle. Pour la selle, il ne faut pas être trop gros parce que c’est vite serré au niveau des jambes (l’espace n’est vraiment pas large).

Grande capacité de rangement

La machine dispose de 2 coffres: un à l’arrière (qui a la particularité d’être bouillant vu qu’il est situé juste sur le moteur) et un sous la selle du conducteur (qui a la particularité d’être souvent humide (prend un peu l’eau avec le temps). Mais tu disposes de 400L de coffre, soit l’équivalent d’une petite citadine, ce qui est très correcte.

Remorque compatible

Nous disposons d’une boule d’attelage (que nous n’avons jamais utilisé) et qui permettrait, le cas échéant, de tracter une petite remorque. Pour cela il faudrait renforcer l’attelage car il est pas vraiment placé solidement pour tracter un gros poids.

Un véhicule plaisant à conduire

Je n’ai eu l’opportunité de conduire un « vrai side » qu’une fois, donc il m’est difficile de comparer pour moi. Il est vrai que je n’ai pas l’appréhension que le panier se lève, ce qui contribue infiniment au sentiment de sécurité que l’on ressent à son guidon. Pour avoir roulé avec des motards chevronnés (à un rythme élevé) je peux dire que le side permet de suivre de manière très sportive le rythme de n’importe quel type de groupe. Il faut certes s’habituer à la conduite à gauche, par rapport à la moto ça change car on ne se met pas au centre de la route, sinon le panier est dans le ravin 🙂

Je me suis habituée assez vite. La prise en main m’a pris moins d’une heure. Par contre il m’a fallut une bonne année pour apprivoiser le passage de vitesse. Vu la lenteur et la fragilité de la boite, il est déconseillé de changer souvent de rapport. Mais la souplesse et le couple du side te permettent d’avoir une excellente vitesse (et reprise) en 3ème ou 4ème, ce qui fait qu’on reste facilement en 4ème si on cruise et en 3ème si on arsouille.

Le véhicule reste malgré tout physique à conduire. Si tu ne te penches pas quand tu conduits (comme le motard), tu utilises – surtout si tu est petit(e) comme moi – beaucoup ton corps et tes bras pour donner de l’allant au side dans les virages et t’aider à pousser sur le guidon. Perso c’est en faisant comme ça que j’arrive le mieux à être précise et rapide. Et cette participation physique t’apporte un bonheur inimitable.

Beaucoup de ces sides ont été handi-adaptés. Et je dois dire que j’admire du coup d’autant plus ceux qui le conduisent avec un seul bras, tellement l’engin est physique (même si il parait que l’adaptation diminue la rudesse de la bête).

Bref, vous l’aurez compris, je suis amoureuse de cette machine 😉

The mothership

Maman de 2 filles, je le pilote dès que je peux.
Nous l’avons donc nommé le mothership <3