Participation à une course du championnat suisse de PitBike

Cela devait finir par arriver. Pas que Lisa ait encore le niveau du tout. Mais l’opportunité s’est présentée et Lisa a voulu la saisir. On participe à une course, sa première course à l’occasion de la manche du championnat Suisse à Crevola D’ossola.

Un joli défi

Je ne sais pas ce qu’elle comprend exactement de la compétition. Je veux dire, je ne sais pas si elle perçoit ce que cela représente. C’est quand même balaise pour une gamine de 12 ans de se dire, je vais aller me frotter à d’autres gamins qui eux jouent le championnat.

A sa place j’aurais perdu contenance et j’aurais eu peur.

Elle, ne s’est pas démontée: « je peux, oh cool! ».

Un championnat unique

Ce championnat, tient à la volonté et à l’implication de familles qui savent que si elles ne font pas quelque chose, la moto n’aura aucune place en Suisse.

C’est principalement deux familles, une romande (Les Nestola) et une suisse allemande (Les Büri) qui gèrent ce championnat. Et d’autres parents sont également impliqués à différents niveaux pour aider à l’organisation aussi.

Cela veut dire qu’il y a un système débrouille énorme car les moyens ne sont pas énormes. Même le gamins bricolent leur moto (ici Kylian, 12 ans). 

Slider fait maison en bois 😉

slider en bois

Stephan qui a la concession Motodoc à Berne s’est engagé dans le championnat parce que son fils voulait y participer. Il a mis sur pied la partie IMR (les pitbike que Lisa va utiliser) et a gentiment proposé de nous en prêter une pour le we.

Motodoc aka stephan Büri

Melina, nous accueillera sur son paddock et nous prêtera une combinaison de cuir, une dorsale (Lisa a le reste de l’équipement). C’est elle qui donne les départs.

Melina

Melina Nestola

Massimiliano

Bref, notre participation à cette manche n’aurait pas été rendu possible sans leur soutien et nous leur en serons éternellement reconnaissants

La moto de Lisa

IMR 90 pitbike by Motodoc

Ambiance tranquille au paddock entre les courses:

Arrivée sur le circuit et premières impression

La Suisse ne comptant pas assez de circuits, une partie du championnat se fait en France et Italie voisine. Cette manche aura lieu à Crevoladossola, qui a un circuit de Kart. La ville se situe juste au bas du Simplon, donc pour ainsi dire en Suisse.

Pour nous ce sera 2h30 de route. On se trouvera une chambre d’hôte pas trop loin (à Varzo) car contrairement aux parents de champions, nous ne sommes pas encore équipés de camping car/caravane (rien que d’y penser mes poils se hérissent).

Les essais débutent tôt le samedi donc afin de se repérer on arrive le vendredi soir et on assiste à l’installation des paddock. On connait déjà quelques parents (ceux d’Arthur) et les Nestola (Melina et Massimiliano, les parents de Kylian et Esteban). L’ambiance est vraiment cool. On aide comme on peut (on fait pas grand chose en fait à part monter les paddocks) et on fait la connaissance de Stephan qui nous prête la pit. On file chercher des Pizzas (absolument divine, italie oblige) que l’on partagera ensemble. Lisa est fébrile. Elle ne s’en rend pas compte mais son humeur grinche et son mal de tête ne sont ni plus ni moins que du stress.

Les gamins jouent ensemble, font de la trott’ sur le circuit, bref, elle se détend, se familiarise (mode capture).

Les Nestola

Les essais (samedi)

La journée du samedi sera entièrement allouée aux essais. Chaque catégorie (pocket débutant, pocket senior, IMR 90, Pit stock, Pit open) aura 8 sessions. En gros Lisa court chaque heure.

On va devoir lui bricoler un numéro. Ce sera le 44: #lisa44

#lisa44

Dans la catégorie des Pit bike, il y a 3 types de moto:

  • les IMR 90 sont de 90cm3. Ils viennent d’usine et on a interdiction de modifier quoi que ce soit (tout le monde roule sur le même pied d’égalité)
  • les pit stock sont des 160cm3. Là aussi à part modifier les pneus (changer pour des pluie ou des slick) et utiliser des couvertures chauffantes, peu de modifications sont autorisées
  • les pit open (ou pitnawak) sont totalement libres. Sur une base de 190cm3, tu as la possibilité de bidouiller ta machine comme tu le souhaite. Tu tunes ce que tu veux ou presque.

La première session de Lisa (et la seconde) se feront sur le sec. Le temps se gâtera progressivement dans la matinée pour devenir très pluvieux l’après midi puis sécher en fin de journée.

concentrée

Elle se lance (on voit des signes de stress léger) à un rythme bien plus lent qu’aux Acciddays. Elle prend ses marques, repère le terrain. A mesure des sessions on vient lui donner des conseils. Le matin on a retravaillé les trajectoires, l’après midi on a travaillé les passages de vitesse (ce avec quoi elle a encore du mal aussi au motocross).

lisa et sa protection de cervicales

La première chute se fait rapidement (dès que la piste est mouillée. Et là notre Lisa perd pied. Elle se dévalue et perd confiance. Impossible de la rassurer (elle nous rejette). Du coup c’est massimiliano et les enfants (Kylian et Arthur) qui viennent la rassurer. Elle remontera en selle pour finir et reprendra au fur et à mesure un rythme plus assuré.

lisa sous la pluie

Lisa au départ

Elle finira la journée d’essais, alors que les conditions sont diluvienne à un rythme supérieur au matin sur sol sec.

On bricolera une aération au casque pour que la buée n’envahisse pas l’écran:

bricolage casque

Debrief d’une de ses chutes

La moto a un peu morflé 😉

dégâts chute

L’indispensable plat de pâtes du midi ainsi qu’un retour tôt le soir après un souper commun pour goûter les oreilles d’éléphant (les plus grosses escalopes panées que j’ai vu de ma vie) font du bien à tout le monde. Même si on a l’impression de ne pas faire grand chose, on arrête pas. On l’équipe, la déshabille, l’accompagne, l’encourage etc… Toujours debout.

Bref, personne ne demande son reste pour aller se coucher. Surtout que le lendemain c’est briefing à 8h00 avec 50€ d’amende si tu es en retard.

Les qualifs (dimanche matin)

Le transpondeur installé, nous nous rendons au briefing. Il pleut plus fort que la veille. Ce sera donc une journée mouillée. Pas évident pour les IMR car ils ont des intermédiaires plutôt tendres et pas de possibilité de mettre des pluie.

Le briefing est un rappel des conditions de course, un rappel de la signification des drapeau (notamment pour les petits) et du déroulement de la journée, le tout traduit en allemand (la moitié du paddock vient de Suisse allemande).

Il est suivi par le contrôle technique, puis on sonne le départ.

Après une séance d’essai, que lisa a fait à un rythme ultra lent (le temps de se mettre en route) c’est la séance de qualifs.

Essais du matin:

Dans la catégorie de Lisa ils sont 4 (un gamin est manquant). En toute logique, Lisa va se qualifier 4ème car elle n’a pas le niveau. Mais on ne sait pas ce qu’elle a bouffé ce matin, elle nous fera (avec moins d’une seconde d’avance) le 3ème temps.

#lisa44 #lisa44

Elle est super fier du coup et en oublie les chutes du matin et de la veille. #confianceisback

La course (dimanche après-midi)

Elle aura lieu l’après midi. Le nouveau repas de pâtes au restaurant du coin permet à Lisa de se réchauffer un peu (elle est trempée). Mais le stress lui fait oublier un peu l’envie de manger. Elle est super grognon et renfrognée. On a supprimé toute pression, insistant sur le plaisir afin de ne pas ajouter du stress au stress. Dans le trajet de retour au paddock elle passe en mode concentration. Elle ne parle plus et se prépare.

Elle n’est plus fébrile mais concentrée.

lisa concentréeLisa

Là les choses sérieuses commencent. L’ambulance est là (c’est obligatoire pour les courses) et le responsable des commissaires de piste aussi. Le panneautage est précis. Les commissaires sont répartis sur la piste armés de drapeaux jaunes.

Départ de la première manche.

Positionnée sur la première ligne (elle a fait un 3ème temps), Lisa bondit au feu vert et s’empare de la pôle. Même les organisateurs sont surpris. Comme elle a bien travaillé ses trajectoires la veille, elle les gardera en respect plus d’un tour et demi. Impossible pour eux de la doubler, même si ils sont plus rapides. Ils la passeront petit à petit mais elle s’accrochera. L’écart de rythme est trop important pour qu’elle reste en contact. On verra d’ailleurs qu’elle ralentira son rythme après, n’ayant plus de repères. Elle finirait logiquement 4ème sauf que suite à un ennui moteur, l’un des enfants prendra 3 tours de retard, lui laissant la 3ème place. Elle sera tout de même pénalisée car elle sortira trop tôt. A un tour de la fin ils montrent le panneau 1 pour indiquer qu’il reste un tour. Puis ils agitent le drapeau à damier le tour suivant, mais l’enfant ne doit sortir de la piste qu’à la fin du tour de décélération, soit un tour après. Or lisa est sortie quand elle a vu le drapeau à damiers…

Extrait de la course en vidéos:

Départ de la seconde manche

Elle refait un démarrage canon (se place deuxième) et bouchonne ses camarades malgré la pluie qui est battante. Le rythme est élevé et on stress un peu. Elle ne finira pas son premier tour. Chute. L’arrière a glissé (elle allait trop vite). Un papa court l’aider car elle est coincée sous la moto. On la voir qui remonte sur la moto et repart (donc rien de grave visiblement, ce que viendra nous dire le papa après pour nous rassurer). La course reprend donc son cours. Quelques tours plus tard c’est le gamin de tête qui chute. Là on le voit partir tout droit au fond et il ne bouge pas. Les parents courent, les secouristes aussi. La course est arrêtée et l’ambulance part chercher le gamin. Il reviendra sur civière avec une minerve mais on l’entend râler: je veux y retourner, je vais bien!

La course est arrêtée car l’incident a eu lieu après 60% de la course. Dommage, Lisa aurait pu facilement prendre la 3ème place. On en profite pour la faire voir au secouriste car son pouce a doublé de volume. Un coup de froid, un bandage et tout reviendra dans l’ordre.

Fin de la course, podium et départ

Niveau émotionnel la journée aura été riche. Je n’ai pas flippé une seule seconde pour ses chutes, Jean un peu plus. Tout le monde a du sang froid et visiblement l’habitude donc cela s’est géré dans le calme.

Les gamins sont excités. Ils vont voir leur classement final sur la feuille des temps. On décroche et on rend le transpondeur et Lisa se remet en civil. On décroche les bandes de scotch que l’on avait enroulé autour de ses chevilles pour la maintenir la plus au sec possible. Lisa est 4ème. Elle est un peu déçu mais lucide et heureuse. Puis suite à la demande des parents des débutants, décision est prise de remettre une coupe aux 4ème (un peu école des fans à mon avis, ce n’était pas nécessaire). Du coup Lisa percute: je vais avoir une coupe!

Sa fierté est palpable. Elle ne la quittera pas du trajet retour.

Podium #lisa44

Bilan du weekend

On a l’impression d’avoir fait un cours accéléré de courses pendant le WE. On a découvert une autre Lisa aussi. Qui a un sang froid magistral (s’emparer de la pôle, pas se laisser doubler alors que les autres lui collent au cul), se met à stresser sans en avoir conscience (mal de tête, mauvaise humeur), qui perd la confiance pour la première chute, qui remonte en selle avec rage pour les suivantes. L’ambiance, les parents, les gamins, tout est sympa. Bref, on a bien compris qu’on venait de mettre les doigts dans un sacré engrenage car Lisa ne parle que de continuer sur le trajet de retour avant de s’écrouler de fatigue. Reste pour nous à trouver le moyen de financer ça… Mais comment résister?

On va voir besoin de votre soutien: campagne de soutien pour Lisa

 

#lisa44

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *